culture patrimoine
imprimer
Enregistrer au format PDF
L’histoire de la ville
partager
Partager
|

Si les origines de Valbonne remontent à la période romaine, c’est au XXème siècle, et particulièrement à partir des années 70, avec la création de la Technopole de Sophia Antipolis, que la ville va prendre véritablement son essor.

Les origines de Valbonne Sophia Antipolis

-  Un peu de géographie

A 6 km de la mer à vol d’oiseau, la commune de Valbonne Sophia Antipolis s’étend au centre du grand plateau jurassique, entre le Loup et la Siagne, à une altitude de 170 à 300 mètres. Elle bénéficie d’un climat méditerranéen, cependant adouci par la forêt et les collines qui la protègent des vents froids des Alpes. Les précipitations y sont rares, mais violentes et abondantes. Le paysage constitué de collines et de petites vallées supporte une végétation dominée par les pins d’Alep, le chêne vert et le chêne liège, accompagnée d’un sous-bois de plantes ligneuses, côtoyant les plantations d’oliviers et de vignes.

- Une présence humaine remontant à la préhistoire

Les fouilles effectuées sur les collines entourant Valbonne attestent la très ancienne présence de l’homme sur ces lieux. Les nombreux dépôts de tuiles romaines, les fragments d’amphores et de jarres témoignent de l’existence d’exploitations agricoles datant des premiers siècles après J.C. A proximité du site de Sophia Antipolis, les vestiges de l’un des aqueducs qui alimentaient Antibes (inscrit à l’inventaire des monuments historiques) confirment la présence romaine.

- Fondation d’un monastère au 13e siècle

Durant le Moyen Age, l’histoire de Valbonne est étroitement liée à celle du monastère. Le nom de Valbonne (Vallis Bona – la Bonne Vallée) apparaît pour la première fois au XIIIe siècle avec la fondation d’un monastère sur des terres offertes à l’abbaye de Prads (diocèse de Digne) par Olivier Evêque d’Antibes. De tradition bénédictine pure, les moines appartenaient à l’ordre de Chalais qui compta, à son apogée vers 1200, jusqu’à 13 monastères. Après la chute de l’Ordre chalaisien au XIVe siècle, l’abbaye de Valbonne fut offerte par l’évêque de Grasse à l’abbaye de Lérins, qui la transforma en prieuré.



Le XIVe siècle se termina dans la ruine et l’abandon pour de nombreux villages, à cause des épidémies de peste et des ravages de bandes de pillards.

- La construction du village

En 1519, Augustin de GRIMALDI, évêque de Grasse et abbé commandataire de Lérins, prend l’initiative de créer, à côté de l’abbaye, un village habité par une communauté de colons venus des hameaux voisins, ainsi que de villages de Haut-Pays. C’est ce village qui s’est maintenu pratiquement tel quel jusqu’à nos jours.

- Une économie traditionnelle

Jusqu’au milieu du XXe siècle, Valbonne est resté un village principalement agricole, l’olivier et la vigne constituant l’essentiel des cultures, avec la rose et le jasmin destinés à la parfumerie. La vie y est rude, et ses habitants sont connus comme « gens de labeur et de travail ».



La deuxième Guerre Mondiale voit l’arrivée de nombreux réfugiés venant de la zone occupée. Ce mouvement de migration s’amplifie au cours des années 50. En réaction à la surpopulation et l’agitation croissante du littoral, le Moyen-Pays se densifie avec la construction de quelques équipements collectifs. Parallèlement vont se développer commerce et artisanat, ainsi que des établissements liés au tourisme et aux loisirs.

- La tradition de la Saint Blaise

Au début du XXe siècle se développe la culture SERVAN, raisin tardif qui présente la particularité de se conserver à l’état frais, les grappes étant plongées dans des bocaux remplis d’eau. Cette production est aujourd’hui très réduite, mais la tradition se perpétue chaque année lors de la fête de la Saint Blaise le dernier week-end de janvier.

-  Sophia Antipolis : un projet novateur, aujourd’hui Première Technopole Européenne

Avec la création de Sophia Antipolis, la commune va connaître sa mutation la plus profonde. En 1969, des scientifiques et personnalités décident de la création d’une « Cité de la Sagesse, des Sciences et des Techniques » sur le territoire de la commune. Un Syndicat mixte est mis en place pour aménager et gérer le plateau de Valbonne Sophia Antipolis (SYMISA). La technopole compte aujourd’hui plus de 1000 raisons sociales ainsi que des organismes de recherche, publics ou privés, de dimension internationale.



Sophia Antipolis en chiffres  :
  • 1300 entreprises résidentes
  • 25000 emplois directs
  • 3000 étudiants dans les 3èmes cycles d’Université, et autres établissements de formation supérieure
  • Plus de 12000 habitants à ce jour (1600 habitants en 1970)
@ 2011 Ville de VALBONNE SOPHIA ANTIPOLIS • 
Mentions légales