developpement durable
imprimer
Enregistrer au format PDF
Les traces de l’Agriculture sur Valbonne
partager
Partager
|

Le paysage aujourd’hui reconquis par la végétation laisse apparaître sur Valbonne les traces d’une ancienne exploitation agricole. Les vestiges de murs de soutènement témoignent encore de la pratique des cultures en terrasses (« restanques » ou « bancaou »), et les « béals » (canaux d’irrigation)) de la maîtrise des techniques de distribution de l’eau et de l’irrigation.

La culture en terrasses consistait à aménager le terrain en formant des terrasses horizontales, étagées, soutenues par des murets de pierres issues de l’épierrement des sols, ou des levées de terre. Cette technique de culture permet d’augmenter la surface cultivable dans des milieux pentus et de lutter contre l’érosion des sols. Elle était le plus souvent synonyme d’une forte densité agricole, car elle requiert une main-d’œuvre abondante et des efforts constants.

Cette agriculture, était essentiellement vivrière. Elle avait pour défi de vaincre la sécheresse, la pauvreté des sols, les pentes et l’exiguïté de l’espace disponible. Courges, navets, légumes secs (lentille, pois chiches, fèves) et céréales à faibles rendements (orge, avoine, épeautre) sur les berges ; arbres fruitiers (figuiers, néfliers, pruniers) en terrasse, permettant à la population locale de subvenir en partie à ses besoins.

Aujourd’hui la végétation a repris le dessus sur ces espaces fortement aménagés par l’homme.
Les plus vieux arbres témoignent de l’abandon des cultures vers la fin de la Deuxième guerre mondiale.

@ 2011 Ville de VALBONNE SOPHIA ANTIPOLIS • 
Mentions légales