Confinée mais pas prisonnière

Mercredi 25 novembre – journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Le contexte sanitaire est un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs. Les victimes peuvent donc quitter leur domicile à tout moment, sans devoir disposer d’une attestation. Elles peuvent appeler le 17 ou utiliser le 114 par SMS en cas de danger immédiat.

Parmi les autres services à leur disposition :

  • le 39 19, numéro gratuit et anonyme (disponible tous les jours de 9h à 21h ), qui dispose également d’un partenariat de 2 000 courses gratuites  avec Uber jusqu’au 31 mars 2021
  • un site Internet est disponible 24h/24 et 7 j/7 avec un tchat anonyme et non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
  • l’application « APP-ELLES » de soutien entre femmes : https://www.app-elles.fr/
  • un tchat gratuit : www.commentonsaime.fr
  • le dispositif “Alerte pharmacie”, qui permet de se signaler en pharmacie. L’officine se charge ensuite d’alerter les forces de l’ordre
  • le 119 est à la disposition des enfants (appel gratuit 24h/24, 7j/7)
  • le 01 40 47 06 06 (disponible du lundi au vendredi de 8h30 à 19h) est à la disposition des femmes en situation de handicap.

Et au niveau local :

  • Structure spécialisée : Unité Parenthèse – Allée les grenadines 690 Route de Grasse à Antibes – 04 92 19 75 60 – k.raimondo@agglo-casa.fr
  • Antenne de justice : 2 place des amouriers à Garbejaïre – 04 92 19 76 10
  • Gendarmerie nationale : Impasse Général Delfosse à Garbejaïre – 04 93 65 22 40
  • La plateforme régionale https://www.tespastouteseule.fr/